Introduction

En cette année qui marque le soixantième anniversaire de la disparition de Jean Cocteau, il est plus que jamais essentiel de rappeler la place toute particulière du poète dans le paysage littéraire et artistique français. Le choix d’aborder les arts de la scène dans ce numéro résulte d’une série de hasards et de rencontres fructueuses. Françoise Richy possédait des archives relatives au Théâtre forain, qu’elle souhaitait partager, ce qui a permis d’éclairer la genèse de ce spectacle composite. En proposant sa contribution, Mathilde Régent, spécialiste de Maeterlinck, a incité David Gullentops à prolonger cette réflexion par une étude documentaire et génétique. Enfin, Gil Charbonnier nous a offert l’éclairage des law studies sur l’Antigone coctalienne.

Cette succession d’événements, que Cocteau n’aurait pas attribuée au hasard, nous permet de placer ce numéro sous le signe de la résonance. Comment l’œuvre coctalienne résonne-t-elle dans celle de Pierre Richy et dans les law studies actuelles ? Comment Cocteau lui-même a-t-il su faire résonner l’œuvre de Maeterlinck et la donner à voir sous un nouveau jour ? Pour répondre à cela, cet ouvrage s’inscrit dans la continuité des Cahiers et leur attachement à la diffusion d’archives inédites. La contribution de David Gullentops comme la mienne résultent de l’étude et de la valorisation d’archives inconnues ou négligées, qui nous offrent un nouvel éclairage sur le poète et ses méthodes de travail à la fin de sa vie.

Le numéro s’ouvre sur un dossier documentaire consacré au Théâtre forain, spectacle hommage imaginé par Pierre Richy combinant les numéros du Théâtre de Poche. En croisant les différentes archives (correspondance, Passé défini), le dossier permet d’abord de reconstituer la genèse de ce spectacle et d’établir le rôle tutélaire joué par Cocteau, toujours prêt à aider la jeune génération. La seconde partie offre la transcription inédite du prologue et des textes de liaisons entre les numéros, imaginés par Cocteau.

Gil Charbonnier, spécialiste du droit en littérature, nous offre une lecture inédite d’Antigone, pièce en un acte de 1923. Tout en rappelant la dimension éminemment juridique de l’opposition des valeurs familiales d’Antigone et de celles de l’État, incarnées par Créon, il montre comment l’art coctalien de la contraction offre une dramatisation particulière et efficace d’un mythe intemporel. À l’instar de la pièce, qui manifestait les résonnances du mythe dans la société survoltée des années 20, Gil Charbonnier pointe la résonnance de cet acte dans notre société actuelle.

Mathilde Régent, quant à elle, met sa connaissance de Maeterlinck au service de l’étude des hommages multiformes de Cocteau au dramaturge belge, à l’occasion du centenaire de sa naissance. L’analyse croisée du discours prononcé à l’Académie Royale de Belgique en 1962 et du travail de mise en scène de l’opéra Pelléas et Mélisande à Metz offre un éclairage inédit sur le geste coctalien. Au-delà du conformisme d’un hommage officiel, Cocteau parvient à débarrasser l’œuvre des préjugés traditionnels pour en proposer une nouvelle lecture, nourrie de l’œuvre entomologique ultérieure.

Afin de prolonger le travail de Charlotte Régent, David Gullentops s’est livré à une véritable enquête dans les fonds d’archives, qui lui a permis de retracer la genèse des discours sur Maurice Maeterlinck à partir du journal du poète, des différentes versions de ces textes conservées dans les fonds d’archive et de la correspondance avec les époux Maeterlinck.

Dans l’élaboration et dans la réalisation de ce numéro sont intervenues une série de personnes que nous souhaitons remercier. En premier lieu les auteurs des articles, mais aussi Françoise Richy qui nous donné un accès total aux archives de son époux, le personnel de la BHVP, notre imprimeur Jean-Bernard Peyronel et notre graphiste Loïc Schwaller. Un grand merci enfin au Comité Cocteau et au président de la Fondation Pierre-Bergé – Yves-Saint-Laurent, Madison Cox, à qui nous devons de pouvoir continuer à développer le site des Cahiers.

Pour citer cet article

Audrey Garcia, "Introduction", Cahiers JC n°21 : Cocteau et les arts de la scène, [en ligne], 2023, 1p, consulté le 18/05/2024, URL : https://cahiersjeancocteau.com/articles/introduction-10/